Foire Provinciale du riz du Gourma: atteindre la sécurité alimentaire par le riz local​

Foire Provinciale du riz du Gourma: atteindre la sécurité alimentaire par le riz local

 02/04/2017

00:00

Foire provinciale du riz du Gourma

Atteindre la sécurité alimentaire par le riz local

Fada N’Gourma, 2 avril 2017 (AIB)-La secrétaire générale de la province du Gourma, Bernadette Sérémé a présidé l’ouverture de la foire provinciale du riz le samedi 1er avril 2017 à Yamba, localité située à 30km de Fada-N’Gourma.

La production du riz local prend son envol de plus en plus dans la province du Gourma. La foire provinciale du riz qui s’est ouverte le 1er avril 2017 dans la commune de Yamba a permis de mettre en relief, les différents acteurs de la chaîne notamment les producteurs, les transformateurs et les acheteurs. Cette première édition qui se tient sous le thème « Promotion du riz local pour une sécurité alimentaire durable », a été portée sur les fonts baptismaux par l’union départementale des étuveuses de riz de Yamba avec l’accompagnement des services techniques de l’agriculture. Pour le président du comité local d’organisation, Amadou Lompo, la manifestation vise à valoriser la production, la transformation, la commercialisation et la consommation du riz local. « Cette foire a permis aux participants de découvrir les différentes variétés de riz, de vendre et de créer des relation de marché entre producteurs, transformateurs et acheteurs», a signifié M. Lompo. Pour la secrétaire générale de la province du Gourma, Bernadette seremé, cette foire vient apporter une part contributive à la promotion du riz local au Pays des hommes intègres. Pour Mme sérémé, la production nationale couvre seulement 47% des besoins de consommation de la population burkinabè et les importations de riz qui restent élevées, se chiffrant à plus de 20 milliards de FCFA. « La contribution de la filière riz à la croissance économique est très modeste, pourtant la consommation annuelle par tête est passée de 18 kg en 1999 à 35 kg en 2013. Elle atteint actuellement 50 kg par personne dans les grands centres urbains tels Ouagadougou et Bobo-Dioulasso », a relevé la secrétaire général du Gourma. Elle a aussi soutenu que la transformation du riz local par l’étuvage crée des emplois et génère des revenus pour les femmes. 

Dans cet élan, les producteurs et productrices du Gourma peuvent compter sur l’accompagnement du Projet riz pluvial dans leur besoin de production. M. Rodrigue Ouédraogo qui a représenté le coordonnateur du projet a souligné que son organisation a déjà aménagé plus 25000 hectares de bas-fonds rizicoles dont 1222 ha dans la région de l’Est. 

« Pour l’année 2017, les perspectives sont l’accroissement de la production du riz local par l’aménagement 1400 ha dont 110 dans la région de l’Est. L’intensification de la mécanisation agricole et la formation de 750 étuveuses et l’amélioration de la commercialisation par des journées promotionnelles sont également envisagés », a indiqué M. Ouédraogo.

Les meilleures unions d’étuveuses ont reçu du matériel composé de marmites, de foyers, de bassines et biens d’autres ustensiles de cuisine. Les étuveuses de la commune de Yamba se sont hissées sur le haut du podium suivies respectivement de celles de Tibga et de Diabo.

Agence d’information du Burkina

Moussa CONGO

Rubriques

Inscrivez-vous à la newsletter

Accéder à mon compte

Email 

Mot de passe 

Contact

Agence d’Information du Burkina – AIB
Avenue du Capitaine Thomas SANKARA Face a l’ambassade du Ghana
OUAGADOUGOU

+22625337316 
+22650337316 
contact@aib.bf

Agence d’Information du Burkina – AIB 2014 – Mentions légales – 

Création de site internet au Burkina Faso: Netinka Burkina

En poursuivant votre navigation sur ce site, v

BUSINESS PLAN (PLAN D’AFFAIRES )

Présentation d’un Plan d’affaires à la formation sous régional sur le thème #Bâtir des entreprises performantes en Afrique aujourd’hui, Janvier 2013 à RAN Hôtel Ouagadougou Burkina Faso

Le business plan : que faut-il mettre dedans pour convaincre ?

Le business plan est une étape incontournable de la création d’entreprise à partir du moment où l’on cherche un banquier, un investisseur, un incubateur, un partenaire. Il faut montrer patte blanche pour se voir octroyer le prêt, le financement, la place, le contrat… tant espéré !

Certains essaient de le remettre en cause car il est, par définition, déjà faux. En effet, personne n’est capable de prédire précisément des ventes sur les 3 prochaines années, ni comment des clients potentiels réagiront à une offre de produits/services, ni même si une équipe dirigeante sera identique dans 2 ans.

Néanmoins, le business plan est tellement attendu et même exigé par de nombreux acteurs de l’écosystème start-up qu’il faut bien se plier à l’exercice.

Le business plan : quelle structure adopter ?

Le contenu du business plan est assez structuré maintenant et l’on trouve de nombreux sites internet qui donnent des sommaires plus ou moins détaillés d’un business plan efficace.

En synthèse, le plan opérationnel contiendra une dizaine de parties, que vous pourrez regrouper au besoin en fonction de vos spécificités : 

• l’executive summary

• l’histoire de votre projet

• les produits/services proposés

• le montage juridique de votre projet

• l’équipe dirigeante 

• une analyse du marché, de votre cible et de la concurrence

• vos objectifs

• votre stratégie

• votre plan opérationnel

• vos prévisions financières

• vos besoins de financement

Il va de soi que chaque partie du business plan est importante, chacune doit être travaillée de manière approfondie et en cohérence avec les autres. Néanmoins, en fonction du public auquel vous destinerez votre plan opérationnel, certaines parties devront être mises en avant. Ci-après nos recommandations pour les situations les plus classiques.

 

Présentation d’un business plan à un banquier : que mettre en avant ?

Si vous présentez votre business plan à un banquier, il va de soi que la partie financière devra être détaillée, il vous faudra présenter a minima le plan de financement, le compte de résultat, le bilan pour les 3 prochaines années ainsi qu’un tableau mensuel de trésorerie pour la 1ère année sans oublier d’indiquer votre seuil de rentabilité économique. N’oubliez pas que vous devrez être en mesure de démontrer la validité de vos hypothèses de calculs. Pour cela, elles devront s’appuyer de préférence sur une étude de marché de qualité.

 

Stimulation sur la présentation d’un Plan d’affaire à un investisseur lors de la formation de 50Jeunes/Femmes en entrepreunariat agricole 7 février 2017, Mairie de Yamba


Présentation d’un business plan à un investisseur : qu’est-ce qui compte le plus ?

Si vous présentez votre business plan à un investisseur, considérez qu’il n’ira pas au-delà de l’executive summary si celui-ci n’est pas convaincant. Les investisseurs reçoivent des demandes de financement tellement nombreuses qu’ils opèrent des sélections draconiennes via le résumé opérationnel (traduction française de l’executive summary, ndlr).

Si vous passez cette première barrière, l’obstacle suivant sera la présentation de votre équipe. Les investisseurs peuvent accepter de financer des projets en lesquels ils croient, même si la réflexion n’est pas complètement aboutie, à condition que votre équipe les « séduise ». Insistez sur vos forces, vos complémentarités mais aussi vos appuis extérieurs (réseaux, coachs…). Ne masquez pas vos faiblesses, les investisseurs sont en contact avec toutes sortes de professionnels, ils peuvent vous orienter vers des personnes possédant les compétences qui vous manquent.

CREATION ET DEVELOPPEMENT DE L’ ENTREPRISE 

Adama OUENA, Générale des Viandes , Appui PAFASP

LA CREATION ET LE DEVELOPPEMENT D’ENTREPRISE : LA CREATIVITE ET L’INNOVATION POUR TROUVER DES OPPORTUNITES D’AFFAIRES

Notion de création et d’innovation en affaire

Qu’est-ce que l’innovation

L’innovation est la clef de voûte du succès des produits dans l’univers commercial marqué par la concurrence. Pour conserver leur part  de marché et l’accroître, les entreprises doivent renouveler leur production en modifiant  les procès, les produits existants ou en créant de nouveaux produits.

Innover c’est changer, introduire quelque chose d’inédit qui doit être perçu comme un progrès, un plus dans un contexte donné. L’innovation peut concerner les technologies, les processus, les produits etc. Elle est le fruit  soit d’une politique de développement interne, soit d’une politique contractuelle faisant appel à des inventeurs privés ou des organismes spécialisés.  
La Banque mondiale définit l’innovation en ces termes: « l’innovation est la diffusion des technologies, des procédés ou des pratiques qui sont nouvelles dans un contexte donné. La qualité relative du critère de nouveauté est importante pour les pays en développement qui ont toujours beaucoup à gagner par l’adoption et l’adaptation de technologies globales existantes à leurs contextes locaux ».

Les nouveaux produits sont identifiés en fonction de leur nouveauté pour l’entreprise et pour le marché. Le Cabinet Booz, Allen et HAMILTON proposent un modèle qui répartit les nouveaux produits en six catégories :

1°) Les produits révolutionnaires : ce sont les produits entièrement nouveaux qui sont à l’origine de la création d’un nouveau marché.  Ex : la production BIO.

2°) Les nouvelles gammes de produits : les lignes nouvelles de produits s’ouvrent les portes d’un marché secondaire. Ex. l’entreprise AVOH ouvre une ligne de production de jus de fruits parallèlement à sa production de mangues séchées. Les lignes nouvelles permettent à l’entreprise de s’implanter sur  un nouveau marché existant.

3°) L’extension d’une gamme de produits. Ce sont des variations  faites autour d’un produit de base. Les extensions de gamme prolongent une ligne de produits déjà implantée.  Les mangues séchées découpées de l’AVOH en plus des mangues séchées en allumettes.

4°) Les  améliorations ou modification des produit existants : cela permet de mieux répondre à la demande  et de remplacer les produits anciens par d’autres, nettement meilleurs. Exe. Le couscous de riz remplacé par le couscous  associant le riz, le blé et le maïs

5°) Le repositionnement : Il transforme la perception d’un produit courant. Exe. Les produits lactés locaux

6°) Diminution des prix de vente : Le même produit est proposé à un moindre coût.
QUESTIONS :

Qu’est-ce qu’une entreprise?

Qu’est-ce qu’un entrepreneur?

Citez des exemples de risques pour un créateur d’entreprise 

 L’entreprise et l’entrepreneur

Une entreprise est une organisation dont les activités qu’elle mène sont destinées à  fournir des biens ou des services en échange d’argent ou d’autres biens ou services.

Par exemple en engraissant des bœufs à Bindoukou pour les vendre au marché de Kindala,   Youl possède une entreprise d’embouche bovine. En effet il s’est organisé en achetant des bœufs maigres qu’il a nourrit et soigné durant six mois pour obtenir des bœufs gras. Il les a ensuite vendu au marché de Kindala.

L’entrepreneur désigne une personne ou un groupe de personnes qui assument les risques de créer et de gérer une entreprise en mettant en œuvre les divers facteurs de production comme les ressources naturelles, les ressources humaines ou travail, le capital, en vue de produire et de vendre sur un marché des biens et des services

La création d’entreprise est une opération risquée. Beaucoup d’entrepreneurs échouent rapidement après leur démarrage pour plusieurs raisons dont le manque de bonne préparation de leurs projets d’entreprise, le manque ou l’insuffisance de financement etc. L’échec de l’entreprise expose le créateur à des risques plus ou moins graves  à savoir :

La perte des économies qu’il a mis de côté depuis plusieurs années et au prix de nombreux sacrifices ;

L’endettement à supporter car il se trouve incapable de rembourser ses emprunts;

L’échec qui est considéré comme une honte ;

Le manque de ressources financières pour nourrir sa famille ;

Etc.

QUESTION : 

Citez les aptitudes à réunir par un entrepreneur, créateur d’une entreprise ?

Les aptitudes de l’entrepreneur

Le petit entrepreneur doit posséder trois types d’aptitudes pour gérer efficacement son entreprise. 

1) Les aptitudes entrepreneuriales sont celles associées au facteur rare et à la base de la décision entrepreneuriale ; ce sont les preneurs de risques, les tacticiens, les négociateurs, et qui sont susceptibles de se lancer dans des activités incertaines. 

2) Les aptitudes administratives sont d’ordre instrumental. Elles sont apprises dans les programmes de formation en gestion d’entreprises. C’est le cas de la capacité de lire et de compter qui, à son tour, pourrait permettre de savoir tenir une comptabilité et calculer le coût de revient du produit ou service rendu ; 

3) Les aptitudes managériales sont des compétences découlant des deux premières. Il s’agit de la capacité d’analyse des situations au sein de l’organisation et de la prise de choix qui s’impose.
Citez les premières dépenses auxquelles l’entrepreneur doit  faire face ?

Les moyens financiers de l’entrepreneur

Pour la préparation de la création, le futur chef d’entreprise doit pouvoir engager les dépenses (recherche d’informations, fabrication de prototype, déplacements, formalités) ;

Le créateur doit apporter personnellement du capital financier dans son entreprise ;

Au début de l’activité (souvent les deux premières années) l’entreprise ne pourra procurer des revenus suffisants 

Pour quelles raisons vous-vous êtes lancé dans les affaires?

On distingue généralement huit raisons qui motivent  les entrepreneurs dans la création d’entreprise  

1°) Le chômage

2°) Le désir d’indépendance

3°) Les ressources financières disponibles

4°) L’existence d’un savoir-faire à valoriser

5°) Une idée originale à concrétiser

6°) Une proposition d’occasion d’affaire à saisir

7°) Une situation liée à une rupture, la transition dans la trajectoire de vie ou de carrière

8°) La mise en place de structures de promotion de l’entreprise privée
Le processus de création et de sélection d’une idée d’affaire

Le processus de création et de sélection d’une idée d’affaire varie selon qu’il s’agisse:

1) d’un projet fondamental qui est un projet de création d’une nouvelle entreprise, ou

2) d’un projet de fonctionnement qui est un projet d’innovation pour une entreprise existante
Citez des sources d’inspiration des idées d’affaires 

Sources des idées

1) La vocation professionnelle

L’idée initiale peut découler d’une vocation ou d’une initiation.

Exemple : Un diplômé en mécanique auto peut tout simplement décider d’ouvrir un garage, un cuisiner, un restaurant…un chimiste, un laboratoire.

L’idée initiale n’est donc pas originale, mais le projet peut présenter un intérêt particulier si l’entreprise propose une formule spéciale

2) Le constat d’un besoin insatisfait 

L’idée peut également provenir du constat d’un besoin, d’un manque : 

Exemple : Il n’y a pas de station de lavage automatique de voiture dans la région.

L’idée initiale de créer une station de lavage n’est pas originale, mais repose dans ce cas sur le constat d’un  besoin apparent ou réel.

3) L’exploitation d’une innovation 

L’idée peut également naître à la découverte d’un produit ou d’un service nouveau, dans un salon, une foire ou à l’issue d’une recherche.

Un informaticien met au point un programme original, et décider de le commercialiser.

Un homme d’affaires découvre dans une foire à l’étranger un nouveau produit encore inexistant dans son pays.

Dans ce cas l’idée initiale repose sur l’innovation, dont il conviendra de mesurer l’impact.

GUIDE TECHNOLOGIE MICRODOSE

Objectifs :

Clarifier le concept « microdose » ou encore « application stratégique de l’engrais par microdose » ;

Doter les acteurs de connaissance pratiques pour l’application de la microdose.


Mesure par la pincée des doigts



Historique et promotion de la microdose

Mise au point dans les années 1999 par les stations de recherche puis des démonstrations en champs paysans dans les différents pays.Au Burkina Faso, à partir de l’an 2000, les tests de microdose sur le mil et le sorgho ont été conduits au CRREA Saria.

Cartographie microdose en Afrique de l’ouest

Les facteurs déterminants de la microdose

gestion de l’eau (la disponibilité de l’eau est un grand facteur pour la performance de la microdose) ;

facteur variétal (les variétés améliorées en générales valorisent mieux la microdose) ;

la gestion paysanne (la gestion paysanne de la parcelle en termes d’itinéraires techniques a une importance cruciale dans la performance de la microdose car le respect du lit de semis, des dates de semis, des délais de sarclage, de buttage et récolte sont importants) ;

la combinaison avec la matière organique (l’apport de la matière organique décuple l’effet de la microdose sur les paramètres du rendement).

Quelques conditionnalités à l’adoption de la microdose

Biophysiques (pluviosité, types de sol) ;

Accessibilité aux intrants ;

La main d’œuvre (la microdose est exigeante en main d’œuvre environ 30 hommes/heure/ha ;

L’accès au financement ;

La chaîne de valeur et les plateformes d’innovation multi-acteurs sont un contexte favorable à l’adoption de la microdose.

Application de la microdose:

Mais(80*40)4g= une pincée de 4 doigts excepté l’auriculaire jusqu’au niveau des premiers traits des doigts =une capsule de coca remplie à ras

Mil (80*60) 3g= une pincée de 3 doigts (le pouce, l’index et le majeur) jusqu’au niveau des premiers traits des doigts = une capsule de coca dépassant légèrement la moitié 

Sorgho (80*40) 2g= une pincée de 3 doigts (le pouce, l’index et le majeur) juste avant les premiers traits des doigts= une capsule de coca à moitié remplie

SIDWAYA , LES REGIONALES Est.Gourma, Promotion des semences améliorées

Les producteurs de Yamba montrent le Chemin
Fada N’Gourma , (AIB)- Le Haut-commissaire de la province du Gourma, Aboubacar Traoré, a présidé la première édition de la journée promotionnelle des semences améliorées, le samedi 7 mai 2016 à Yamba, localité située à une trentaine de kilomètres
de Fada N’Gourma. Une occasion pour les producteurs d’exposer leur savoir-faire en matière de semences améliorées.

image

Les autorités provinciales ont apprécié le savoir -faire des producteurs à travers la viste des stands des exposants.

Les producteurs de la commune de Yamba sont résolument engagés dans l’utilisation des semences améliorées dans un contexte de changement climatique et de caprices pluviométriques.
Ils ont organisé la journée promotionnelle des semences améliorées le 7 mai 2016 à Yamba pour faire connaître les multiples avantages aux producteurs qui ne sont pas dans la dynamique. Selon le président de l’Union Départementale des Producteurs Semenciers de Yamba , cette journée promotionnelle est une occasion pour les participants de découvrir et d’apprécier les semences et les différentes variétés de semences, de vendre et de créer des relations commerciales entre les producteurs, acheteurs et les utilisateurs. Au cours de cette journée promotionnelle les participants ont été informés et sensibilisés à la production et à l’utilisation des semences améliorées ainsi l’information des participants sur le processus de certification des semences.
Pour le haut-commissaire du Gourma , Aboubacar TRAORE, la prise de conscience des producteurs de leur principale préoccupation dans un contexte de changement climatique est déjà un pas important. « La semence améliorée constitue le premier facteur de production et contribue dans les conditions optimales à hauteur de 40% dans l’accroissement de la productivité. Ce sont les variétés à cycle court qui s’adaptent mieux aux conditions actuelles du Climat. », a ajouté le haut-commissaire du Gourma. Le président de l’Union Régional des producteurs de l’Est , Lendi DABA Coparain de la foire , à souligné le caractère noble de l’initiative car le combat de la sécurité alimentaire constitue un défi important à relever.

image

Les meilleurs semnciers ont été récompensés pour leur effort de présentation et de conservation des semences améliorées.

Même son de cloche du Président du Comité Communal d’Organisation de la journée, Monsieur Hamadou Yétéma LOMPO. M . LOMPO a poursuivi pour dire que cette manifestation qui se tient sous le Thème : « Stratégies de renforcement des producteurs semenciers et développement d’un appui conseil paysan à paysan en production et utilisation des semences améliorées » est une marque de prise de conscience des producteurs de l’Union Départementale des producteurs semenciers de Yamba dans un contexte de changement climatique et d’une pluviométrie capricieuse.
                                                                                                                                                             Moussa CONGO                                                                                                                       Sidwaya N°8164/19 Mai 2016

——

Est Gourma Culture du riz pluvial Les meilleurs bas-fonds rizicole récompensés Fada, (AIB) – L’union départementale des producteurs du riz pluvial de Yamba, (Yempabou) a organisé un concours en vue de recenser et récompenser les « meilleurs bas-fonds » rizicoles.

image

L’un des meilleurs groupements de producteurs a reçu son prix des mains du coordonnateur national du projet riz pluvial Aimé Séverin KIMA

L’union départementale des producteurs du riz pluvial de Yamba (Yempabou), regroupe au total 1170 personnes dont 70% de femmes issues de 23 groupements qui travaillent  dans les bas-fonds. Pour encourager les meilleurs producteurs et susciter une saine émulation chez  les
autres, les membres de l’union Yempabou ont organisé un Concours sur les ‘’ meilleurs
Bas-fonds’’.Pour le technicien  Agricole Hamadou Yétéma Lompo, par ailleurs président du jury, cette activité  permettra de valoriser le riz local et réduire de façon significative le taux
d’importation du riz dans  notre pays. En outre, il s’agit d’inciter les producteurs à appliquer les techniques culturales, notamment  l’entretien régulier des diguettes et la confection des casiers qui sont des opérations capitales dans la production Rizicole dans les champs
Ainsi, après délibération, le jury a décerné quatre Prix spéciaux ou d’encouragements à des groupements de producteurs . Les lauréats ont ainsi reçu de la semence et de l’engrais. Le coordonnateur National du Projet Riz Pluvial , Aimé Sévérin KIMA s’est dit satisfait s’est dit satisfait au  regard de l’engagement  producteurs à relever le défi de l’autosuffisance alimentaire au  Burkina. Pour lui, cette cérémonie de récompense traduit la bonne collaboration entre producteurs et  les services techniques déconcentrés  de l’Etat dans le but d’un                                                          développement socioéconomique des  populations rurales. En plus du contexte compétitif, cette initiative vise à inculquer aux producteurs le respect des consignes des techniciens, le maintien de la cohésion des groupes et à susciter l’amour du travail bien fait, a-t-il soutenu.
M. KIMA a, par ailleurs rassuré les populations que sa structure cherche des débouchés pour l’écoulement des produits obtenus afin d’éviter la mévente et augmenter de façon substantielle les revenus des riziculteurs. Pour cette raison la production rizicole est estimée à plus de 300 tonnes de riz , a précisé le président de l’union Yempabou, Thomas OUOBA.

image

Les autorités ont encouragé les riziculteurs à produire, en quantité et en qualité, le riz pluvial

Jeudi 14 Janvier  2016
Sidwaya , les Régionales N°1613
         Albert Sankara
          (Collaborateur)

——